Rencontre du 3e Film : Tu ne tueras point

Mise en contexte

Tu ne tueras point, ou Hacksaw Ridge dans sa version originale, conte l’histoire de Desmond Doss, un objecteur de conscience, qui a voulu servir son pays durant la guerre du Pacifique.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un objecteur de conscience, c’est quelqu’un qui refuse de faire certaines choses, par conviction morale, religieuses, ou autres.

Il est à noter que l’histoire conte un récit réel, Desmond Doss est un héros de guerre et même le premier objecteur de conscience à recevoir la médaille d’honneur… Il est joué par Andrew Garfield, qu’on retrouve aussi dans Silence de Scorsese, ou dans The Amazing Spiderman.

La réalisation quand à elle est assuré par Mel Gibson

Histoire

L’histoire commence par la présentation de la petite famille des Doss, du père, vétéran de la 1ère guerre, et de la virulence des enfants, intrépides et violents, je vous épargne les détails, au cas où vous ne l’avez pas encore vu, car j’ai horreur du spoil ! -_-

Ça met bien dans le bain !

Puis une fois notre petit Desmond grand, le concours des circonstances, ou le destin, le fait acheminer vers l’hôpital, où il y fait deux rencontres, l’amour de sa vie, et l’appel du devoir. Il décide alors de s’engager.

Tout est réuni pour qu’il ne puisse jamais rejoindre le front, ni son père, ni ses convictions, mais il y tient, coûte que coûte, sans tourner le dos à ses principes, une entreprise très peu évidentes.

Il finir par se retrouver au front, dans la 77e division d’infanterie, autant qu’infirmier, pour livrer servir à la bataille d’Okinawa.

Analyse

Mel Gibson nous offre là un merveilleux film, avec une réalisation de maître, maîtrisée de bout en bout.

D’abord, il nous fait un récit de guerre tel qu’on n’envoie pas dans les films du genre.
Hollywood nous a un peu habitué à des films de guerre avec pas mal de codes redondants; des batailles plus ou moins organisées, etc, voir même des caricatures, genre celui qui garde sur lui la photo de sa fiancée se fait tuer.

Dans « Tu ne tueras point », Mel Gibson casse ces codes, il nous fait vivre le chaos de la guerre, on le voit, on le sent, on n’a pas le temps de réaliser ce qui se passe, le pourquoi du comment, c’est frénétique, violent, confus, je crois que c’est la première fois que je vois un film de guerre où on y voit la guerre. Le réalisme est saisissant.

L’humain également suit cette optique, c’est la guerre, et l’empathie se construit au fil des situations, la construction de la psychologie est très bien exécutée.

Par ailleurs, Mel Gibson confirme son style, sa signature, de par l’importance accru qu’il accrédite à la religion, et la foi, comme dans La Passion du Christ, mais aussi à la forte violence et au sang. C’est décidément ce qui l’inspire le plus.

La musique accompagne bien le film, composée par Rupert Gregson-Williams, qui est aussi à l’origine des musiques de Wonder Woman, Hôtel Rwanda, Bee Movie, ou encore du jeu Battle Field 2, c’était à l’origine James Horner (Titanic, Appolo 13, Stalingrad, Windtalkers …) qui devait assurer ce rôle, mais face à la disparition tragique de ce dernier, c’est Rupert Gregson-Williams qui a pris les commandes des partitions, et le film a été dédié à James Horner.

Le montage quant à lui est assuré par John Gilbert (Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l’anneau, Braquage à l’anglaise, Chasing Mavericks…) nous signe là un merveilleux montage, au rythme qui suit parfaitement le récit, et ce n’est pas étonnant qu’il ait reçu l’Oscar du meilleur montage.

L’équipe du mixage son aussi a largement mérité son oscar, à savoir Kevin O’Conell, Andy Wright et Peter Grace.

tunetueraspoint

Personnages

Les personnages sont loin d’être superficiels, les psychologies sont bien posées, et les comédiens ont bien été dans le rôle, en même temps, vous me direz, c’est un casting de choix !

A noter aussi qu’il n’y a pas d’antagonistes dans l’histoire, personne n’est réellement mauvais, ils le sont au début, mais, c’est une question de circonstances, de contexte, encore une chose qui casse des codes hollywoodiens habituels.

Andrew Garfield : Desmond T. Doss, un jeune campagnard, objecteur de conscience, un peu timide, loin d’être le stéréotype du héros, ou de l’homme fatal.
Vince Vaughn : le sergent Howell, quelqu’un qui veut des hommes, capables de tuer pour défendre leurs patrie, et qui est loin de faire confiance au jeune Desmond.
Sam Worthington : le capitaine J. Glover, capitaine de la 77e division d’infanterie, c’est sous ses ordres que servira Desmond.
Teresa Palmer : Dorothy Schutte, la belle pour qui Desmond a le coeur qui bat 😀
Hugo Weaving : Tom Doss, le père de Desmond, un vétéran de la 1ère guerre, qui a vu ses amis disparaître au combat, et qui a fini dans l’alcool.
Luke Bracey : Smitty Racker, compagnon d’armes (si l’on peut dire) de Desmond, il mène la vie dure au jeune recru Doss 🙂
Rachel Griffiths : Bertha Doss, Ah la maman, elle peut faire changer la vie de son enfant une maman 😀
Nathaniel Buzolic : Harold Doss, le bro, le frère de Desmond, avec qui il a bien fait les 400 coups, voir même un coup de trop !

Conclusion

Le film dans son ensemble est excellent, il est rafraîchissant, ça change de ce qu’on a l’habitude de voir, même si Mel Gibson ne sort pas du style qu’il s’est imposé, mais il permet de voir quelque chose de différent, une histoire poignante, presque irréelle, d’ailleurs si c’était de la fiction, j’aurai dit que c’est un too much exagéré, mais les témoignages à la fin du films de par les véritables acteurs de cette bataille et de ce récit racontent quelques séquences du film, un peu comme si Mel Gibson nous disait : « Hey regardez, je n’invente rien !« .

Par ailleurs, ce n’est pas un film qui vous fait l’effet Waw !! Il n’est pas aussi surprenant qu’un Full Metal Jacket. Ce que je veux dire c’est qu’il ne vous marque pas assez, mais il reste un excellent film, superbement bien exécuté, et qui vaut la peine d’être vu !

Aussi, j’aimerais bien connaître vos avis dessus, alors n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans les commentaires 🙂

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s