Rencontre du 3e Film : Tu ne tueras point

Mise en contexte

Tu ne tueras point, ou Hacksaw Ridge dans sa version originale, conte l’histoire de Desmond Doss, un objecteur de conscience, qui a voulu servir son pays durant la guerre du Pacifique.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un objecteur de conscience, c’est quelqu’un qui refuse de faire certaines choses, par conviction Lire la suite Rencontre du 3e Film : Tu ne tueras point

Publicités

Rencontre du 3e Film : Collateral Beauty

Mise en contexte :

Collateral Beauty est un de ces nombreux films qui sortent durant la période de Noël, ventant donc, comme nos amis américains savent bien le faire, les mérites de cette période bénite, où l’âme se met à nu pour caresser les douceurs de l’humanité qui Lire la suite Rencontre du 3e Film : Collateral Beauty

Utopie

Je suis vraiment triste d’apprendre la disparition de Leila Alaoui, suite aux blessures qu’elle a eu lors des attentats de Ouagadougou.
Une artiste d’un grand talent, jeune et pleine de promesses, parti faire un travail pour Amnesty International, elle y laissera sa vie.

Laila Alaoui

Le terrorisme bat son plein, on le condamne, encore et toujours, sans cesse, on a beau être vigilants, mais, rien n’empêche sa croissance.

Quand est-ce qu’on commencera à se poser les bonnes questions? À avoir les bonnes réactions? Quand est-ce qu’on arrêtera d’être choqués un moment, puis tourner la page ou scroller, et passer à autre chose en se disant « ça n’arrive qu’aux autres » ?

Je ne suis pas expert en politique, en lute idéologique, en théologie, ou en psychologie, ni même en médecine mais, est-ce que soigner un symptôme pourrait guérir une pathologie? De même, est-ce que investir des milliards dans la lute armée pourrait empêcher des milliers de désespérés ignorants de rejoindre Daech?

Pourquoi ne pas investir dans l’éducation, dans l’amélioration de la vie sociale, dans la contribution productive à la société? Pourquoi ne pas faire comme DAECH?

Daech endoctrine par la propagande, par pédagogie, elle montre aux plus défavorisés par cette société injuste, les jeunes, que c’est une lute juste, et arrive à les convaincre que tuer c’est bien, qu’ils soient issus d’Afrique, d’Europe ou d’Asie. Pourquoi personne ne se demande « où est l’erreur dans cette civilisation « avancée » occidentale, modèle de liberté et de progrès, mais qui laisse des jeunes, même instruits, rejoindre ces mouvements criminels? « . Pourquoi attaquer et bombarder Daech, alors que le problème est plus profond, et que même si Daech disparaît, un autre mouvement tout aussi meurtrier, voir encore plus meurtrier, verra le jour encore.

Commençons par réformer notre « civilisation », cette société pourrie par l’appât du gain, qui consomme et qui encourage à consommer, mais qui n’encourage pas à se cultiver.

Je me rappelle y a quelques années avoir lu dans un journal que l’armée avait démantelé une cellule de formation des terros, ils recrutaient de jeunes collégiens issus de milieux défavorisés, et leur offraient 25000 Da/semaine … Ils étaient mieux payés que des cadres! Ils les éducaient, usaient de méthodes pédagogiques avancées, et quand ils disaient à l’un d’eux « fonces vers ta mort  » (comme le gamin de la caserne de Dellys ), il fonçait avec joie.

Peut-on en déduire que les terros ont une meilleure maîtrise de la psychologie humaine et de la pédagogie? Qu’ils utilisent de meilleures méthodes?

Je ne sais pas si l’un de vous pourrait calculer le recul du terrorisme si Dasseault Industries réduisait sa production d’armes, et investissait sur l’éducation et la création d’emplois avec des salaires respectables en Afrique ! Pourtant Dasseault n’est pas énorme par rapport aux groupes russes ou américains, mais je pense que la différence se ferait ressentir sensiblement. Alors imaginez si les américains et les russes le faisaient aussi!

62 personnes possèdent autant que ce que possède la moitié de la planète, c’est bien, mais que peuvent-ils faire avec autant d’argent? Et si ils en dépensaient un peu dans la construction d’écoles, collèges, lycées et universités en Afrique et en Asie? Rendre l’instruction accessible, investir dans la culture, l’art, les livres, et démontrer que l’humanité c’est l’amour du prochain, c’est être constructif, productif, faire rêver de vivre en Afrique, de construire son pays, plutôt que de risquer sa vie à traverser des déserts, des forêts, des barbelés et des mers.

Crédit Photo : Leila Alaoui
Crédit Photo : Leila Alaoui

Offrir un nouveau rêve d’Eldorado, de Nirvana chez soit. Ça incombe à toute l’humanité de faire ça, à tous les gouvernements, à tous les individus.

Quand on a proposé à Churchill de réduire le budget de la Culture pour contribuer à l’effort de guerre, il a répondu « mais alors? Pourquoi nous battons-nous ? » Aujourd’hui on doit se battre pour une culture humaine et humanitaire, on doit se battre pour la dignité, l’égalité, l’instruction, l’éducation, le savoir, on doit battre le feu par l’eau, on doit battre l’ignorance, le désespoir, la désillusion.

Bien sûr, capitalistes et impérialistes que nous sommes, on doit voir cette tâche comme étant très compliquée à accomplir, les relations géopolitiques, les souverainetés territoriales, les traités internationaux, les retours directs sur investissement … Les choses doivent se régler ailleurs, là où ça nous dépasse, nous sommes les passifs … Nos voix ne sont que du bruit … alors restons comme ça, on pleurera et on criera au monde notre douleur quand la terreur nous atteindra.

Paix à vos âmes vous qui êtes partis victimes de l’ignorance et de la bêtise humaine.

Crédit Photo : Leila Alaoui
Crédit Photo : Leila Alaoui

La petite aventure du film du PFE

Par où commencer exactement ? Bon, commençons depuis le tout début, avant même que ce film ne naisse.

Ayant fait un retard énorme sur ma soutenance, il fallait que j’en finisse et que j’en finisse avec mes études. J’avais préparé un scénario de 10 minutes, qui m’a demandé une bonne petite année pour l’écrire,  et suite à de nombreux contre-temps, je me retrouve dans Lire la suite La petite aventure du film du PFE

The PicnicDZ Experience

Et là, DZJoker raconte qu’il s’est fait dragué par une fille qui l’avait reconnu, et elle lui avait demandé de ne jamais laisser tomber et de continuer à faire des vidéos, mais … il n’a pas pris son numéro …

Ah ! vous venez d’arriver ? Attendez, je recommence depuis le début.

Donc, je disais, le weekend passé, le 19 plus précisément, de ce mois de Septembre 2015, Pi-Agency (non, ce n’est pas une agence d’Espionnage Lire la suite The PicnicDZ Experience

L’Oranais – Le dictat du silence peut tout dire

Des oiseaux pourraient-ils, de par leurs chants, faire monter le brouhaha du changement ?

Ilyes Salem a fait preuve d’audace, de culot, peut-être d’imprudence, avec l’écriture et la réalisation de ce film, un film de fiction, mais qui se veut être un miroir du réel, plébiscité par certains, dérangeant et vexant pour d’autres, mais une chose est certaine, il n’a pas fait rétorquer ses spectateurs par le silence, ce silence auquel je reviendrais plus tard.

de gauche à droite : Khaled Ben Aissa (Hamid), Lyes Salem (Djaffar), Najib Oudghiri (Farid), Djemel Barek (Said) à L'Armador
de gauche à droite : Khaled Ben Aissa (Hamid), Lyes Salem (Djaffar), Najib Oudghiri (Farid), Djemel Barek (Said) à L’Armador

Au delà de l’élan socio-politique sur lequel porte le film, retraçant donc par la fiction, par le biais de personnages imaginaires, des héros de la révolution algérienne inventés, une réalité ressentie par certains, réfutée par Lire la suite L’Oranais – Le dictat du silence peut tout dire

Retour sur «Les Hirondelles»

Prenez un petit moment, regardez ceci

Ne me dites pas « non, je n’ai pas le temps, et ça dure trop longtemps », vous faites erreur …

Ce film n’est qu’un bref instant, qui raconte plus qu’un spectacle … il raconte l’exile, il raconte les gens, il raconte des sentiments …

Poses ta valise

Lire la suite Retour sur «Les Hirondelles»

Tout le monde savait que c'était impossible, un jour quelqu'un qui ne le savait pas est venu, et il l'a fait.